L'école des chiens
Education canine en douceur
Tél : 01 72 61 93 99 Téléphone Email

  Suivez-nous

Facebook   Twitter   LinkedIn
Rennes (35) : des chiens médiateurs dans un Ehpad

Rennes (35) : des chiens médiateurs dans un Ehpad

C’est reconnu, les chiens sont les meilleurs amis de l’Homme, et cela, à n’importe quel âge.

C’est ce que la maison de retraite de Saint-Georges-de-Reintembault en Ille-et-Vilaine (35) a permis de démontrer en utilisant la zoothérapie.


Quel est le rôle des chiens de médiation ?

Les chiens médiateurs permettent aux personnes présentant des difficultés psychiques ou physiques de se sentir en confiance. Dans l’Ehpad Les Acacias (35), beaucoup de résidents étaient agriculteurs, la présence d’un chien leur permet ainsi de raviver leurs souvenirs au contact d’animaux, et ainsi de s’ouvrir plus facilement au monde qui les entoure.

Les activités thérapeutiques avec un chien médiateur peuvent être individuelles ou collectives. 

Durant ces séances, les résidents caressent le chien, créent un lien avec lui, et pour ceux qui sont en capacité de le faire, le promènent dans les couloirs de la résidence.

Ressentir le rythme cardiaque du chien ou même le caresser permet d’apaiser les personnes âgées et les détendre. Les chiens médiateurs ont un rôle très important avec les personnes en maison de retraite.

 En effet, ils permettent de dissiper l’ennui, de favoriser les contacts sociaux, d’apaiser les tensions mais aussi d’apporter de l’affection.


Quels sont les progrès dus à sa présence ?

Depuis que la maison de retraite Les Acacias reçoit Nelson, un Golden Retriever, de nombreuses améliorations ont pu être observées. C’est le cas, principalement, avec les personnes ayant des comportements violents, très renfermés sur eux-mêmes et manquant d’affection.

En effet, depuis que le chien médiateur leur rend visite de grands changements ont été observés et ces personnes sont plus épanouies et sourient enfin.

La zoothérapie est une méthode très efficace et bénéfique à la santé des résidents, elle fait ses preuves depuis de nombreuses années notamment avec la maladie d’Alzheimer. 

Cette pratique a également été reconnue par le ministère de la Santé.