Les chiens peuvent détecter les problèmes de glycémies des diabétiques

Les chiens peuvent détecter les problèmes de glycémies des diabétiques

Mercredi 27 Juin dernier, pour la 1ère fois en France, quatre chiens d’assistances ont été offerts à des enfants diabétiques par l’association Acadia. Ces chiens ont été éduqués pour détecter de l’hypo ou de l’hyperglycémie.

Bien évidemment, Hugo, 15 ans est ravis d’avoir un nouveau compagnon à ses côtés : « J'ai pas de mots pour exprimer ma joie d'avoir Medley avec moi ». D’ailleurs depuis que le chien est là, les progrès ont été significatifs : « Depuis deux semaines que Medley est avec nous, Hugo n'a jamais été aussi stable niveau glycémie ».

Quand le chien constate un problème de glycémie il va  donner l’alerte avec des coups de museaux à son maitre ou à l’aide d’un bouton sonore. C’est une réelle avancée puisque auparavant ces enfants devaient vérifier leur glycémie une dizaine de fois par jour à l’aide de piqure. Ce qui était non seulement douloureux mais aussi très fatigant pour un enfant.

Ces chiens ont été dressés durant toute une année par des éducateurs canins professionnels. C’est Jennifer Cattet, un franco-Américaine qui a importé cette technique des États Unis. Cela fait plus de 8 ans que Jennifer éduque des chiens pour diabétiques aux États Unis. Pendant cette année de formation les éducateurs conditionnent même les chiens à se réveiller lorsqu’ils reniflent un problème de glycémie chez leur maitre. La sensibilité des chiens aux odeurs liées à des problèmes de glycémies est prouvée en revanche on en sait pas comment le chien les repères.

Néanmoins, les recherches ne cessent de progresser, la priorité étant de fiabiliser ces détection tout en pouvant estimer la marge d’erreur qui existe. Quant à ce qui provoque cette réaction chez le chien plusieurs théories subsistent. La 1ère est que c’est la glycémie elle-même qui dégage une odeur particulière. Le glycémie peut également provoquer du stress ce qui peut engendrer une réaction du corps particulière et donc une odeur détectable par le chien. Cette théorie expliquerait que les chiens éduqués pour détecter de l’hypoglycémie peuvent détecter l’hyperglycémie.

Pour vérifier l’efficacité de la présence d’un chien d’assistance au sein des familles, l’association va contrôler par exemple le nombre d’hospitalisation lié au diabète, la stabilité de la glycémie, le ressenti des familles par rapport à la présence du chien.

Malheureusement cette association peut éduquer seulement 10 à 15 chiens par an, ce qui fait très peu au regard des 25 000 enfants diabétiques en France. Pour pouvoir faire mieux, il faudrait que plus d’éducateurs canins soient formés. On rappelle que l’éducation d’un chien d’assistance revient à 30 000€. L’association Acadia aimerait donc ouvrir une école afin de former un nombre important déducateurs canins spécialisés dans la détection du diabète et ainsi pouvoir aider le plus d’enfants diabétiques possible.