Le Greyhound

Origines :

Comme pour la plupart des Lévriers, les origines de la race Greyhound remontent à très loin. Faisant partie des rares races dont l’aspect n’a pas vraiment changé à travers les époques, on peut reconnaître le Greyhound sur de nombreux supports artistiques très anciens (sculptures, peintures, etc), car il a été représenté très tôt par les Egyptiens, par les Assyriens, ensuite par les Grecques. On trouve également des références littéraires, comme par exemple « Le traité de Chasse » d’Arrien (124 Av. J-C), un document exceptionnel et en même temps une « leçon » pour tous les éleveurs. « Le Traité de Chasse » est repris entièrement dans le livre de Xavier PRZEZDZIECKI « Le Destin des Lévriers ».
L’étymologie du mot Greyhound nous offre plusieurs pistes. « Grei » désigne, en anglais ancien, le chien et « hundr » signifiait « chasseur ». D’après le Dr. Caius, « Gre » ou « Gradus » (latin) désignent « le plus haut niveau », ce qui nous envoie aux aptitudes du Greyhound : « parce que, parmi tous les chiens, celui-ci (N.R. Le Greyhound) occupe la première place, la place la plus importante, étant tout simplement le meilleur et le plus gentil des Chiens ». Si on interprète le mot comme « greekhound », cela nous fait penser à l’une des hypothèses liées aux origines de la Race, notamment « le chien grecque ».
Le Greyhound arrive en Angleterre avec les Phéniciens, mais il y a également une deuxième théorie qui affirme que ce sont les Celtes qui ont introduit les Greyhound en Europe.
Le Greyhound est Le Chasseur, par excellence ! Chasseur à vue, doué d’une grande aptitude à la vitesse, le Greyhound a été utilisé avant tout en tant que chien de chasse.

Evolution de la race :

Le destin du Greyhound commence à évoluer en 1014, lorsque, par la loi, posséder un Greyhound devient le privilège des nobles. La raison officielle est le souci légitime de protéger la faune, mais on peut se demander si, tout comme la loi du 1844 (n.r. interdiction de la chasse), ce n’est pas une décision « politique ».
Pendant le règne de Elisabeth, le Duc de Norfolk commence à organiser des courses de poursuite sur lièvre vivant, c’est ce qu’on appelle le « Coursing ». Ultérieurement, ces courses se transforment en « Poursuite à Vue sur Leurre » (ou, en anglais, « lure-coursing »), où le lapin est remplacé par un leurre artificiel. Le premier Club de Coursing date du 1776. Plus tard encore, on commence à organiser des courses de Greyhound sur une piste en sable ou en herbe, et c’est ce que l’on appelle aujourd’hui le « Racing ». Le leurre artificiel a été inventé en 1912 par l’Américain Owen Patrick Smith. Toutes les épreuves déjà mentionnées font appel au même instinct, l’instinct de chasseur qui coule dans les veines de tout Greyhound digne de ce nom, mais les aptitudes auxquelles chaque type d’épreuve fait appel son légèrement différentes. En « coursing », c’est l’agilité qui compte le plus, la capacité de prendre des virages serrés et précis, tandis que le « racing » demande principalement de la vitesse. Que ce soit en « coursing » ou en « racing », un Greyhound doit faire preuve également d’une grande intelligence, il doit être capable d’anticiper, de calculer les mouvements, de se placer par rapport aux autres partenaires (si en « coursing », les Greyhounds courent à deux, en « racing » il peut y avoir 6 ou 8 Greyhounds sur la piste, ce qui demande une vraie stratégie de la part de chaque individu pour réussir à se placer et doubler).
Au XIXème siècle, on commence à s’intéresser un peu plus à l’aspect physique du Greyhound. Dans les années ’20, les Greyhounds qui participaient aux expositions canines étaient les mêmes qui couraient en « coursing », et, les juges étaient les mêmes que pour le « coursing ». Les années ’60 apportent un changement qui va avoir des conséquences importantes sur l’avenir de la race : les juges des expositions canines sont remplacés par des juges spécialisés. Les différences entre « le type de racing » et le « type d’exposition » commencent à être de plus en plus accentuées. Actuellement les éleveurs continuent à travailler sur les deux types, mais ils tiennent compte tous du standard officiel de la race, qui reste seul et unique standard reconnu par les autorités cynophiles. Tant que les excès sont évités, d’une part et d’autre, l’évolution de la race n’est pas en danger. La différence entre les types peut éventuellement influencer votre choix, lorsque vous décidez d’acheter un chiot, car le choix dépend de ce que vous attendez de votre Greyhound. Tout éleveur sérieux saura vous guider dans votre choix.

Caractéristiques physiques :

Un Greyhound mâle mesure entre 71 et 76 cm (voire plus pour les sujets issus des lignées de type exposition), et les femelles – entre 68 et 71 cm.
La silhouette du Greyhound se distingue par un corps bien charpenté, par des proportions très équilibrées, des épaules bien obliques et bien dessinées, une cage thoracique bien développée (côtes cintrées, et non pas plates), des membres puissants et sans défauts, un cou puissant, bien galbé, qui s’insère bien dans les épaules.
Les mâchoires sont puissantes et ferment bien en ciseaux.
Les yeux sont obliques et de couleur foncée.
Le poil est fin et serré. Toutes les couleurs sont acceptées par le standard.

Caractère :

Le caractère du Greyhound est… parfait. Le Greyhound est intelligent, très attaché à son maître, très sensible à vos émotions. Ce n’est pas pour rien qu’on dit qu’un Greyhound est comme une éponge… C’est ce qui fait de lui un compagnon merveilleux qui saura vous rendre au centuple l’amour que vous lui apportez.

L’éducation se fait en douceur, vous n’obtiendrez jamais rien d’un Greyhound par la force, ou par des cris. La meilleure « méthode » à adopter est le respect mutuel, l’intelligence et l’Amour, un Greyhound fera tout pour faire plaisir à son maître. Les bases de la relation avec votre Greyhound se posent dès le premier jour de son arrivée à la maison. Il faut savoir rester ferme lorsque vous posez les limites, car le Greyhound a une grande aptitude à vous faire craquer, son côté clown arrive souvent à vous faire céder.
Il faut également avoir de la suite dans ses idées, le Greyhound est un chien très intelligent et il comprendra immédiatement s’il y a la moindre faille dans votre système d’éducation. Un Greyhound a toujours besoin de comprendre pourquoi vous lui demandez telle ou telle chose, d’où la nécessité de lui imposer uniquement des règles qui sont parfaitement justifiées, ses facultés d’analyse d’une situation font de lui un chien vraiment exceptionnel.
Vous pouvez facilement lui apprendre les « ordres de base » comme « Assis », « Couché », cependant un Greyhound ne sera jamais passionné par ce genre d’exercice. Il ne sera pas plus discipliné s’il connaît ces ordres, et il ne sera pas plus turbulent s’il ne les connaît pas. Le Greyhound apprécie beaucoup plus les exercices qui stimulent son intelligence, ce qui le motive c’est de voir que vous appréciez le fait qu’il ait compris ce que vous lui demandez, et que vous êtes satisfait de sa réponse.

Il est parfois réservé avec les étrangers (mais ce n’est en aucun cas une règle générale), mais jamais agressif, ni peureux. Très protecteur et doux avec les enfants, même en bas âge, un Greyhound peut très bien co-habiter avec des chats ou autres petits animaux, à condition qu’il soit habitué depuis tout petit (ou au fur et à mesure, si vous adoptez un adulte).
En ce qui concerne l’exercice physique dont un Greyhound a besoin, les idées fausses abondent. Un Greyhound ne court pas toute la journée ! Certes, il a besoin de se dépenser, deux bonnes balades par jour et quelques sprints en liberté lui suffisent. Il passera le reste de la journée couché sur un canapé. Comme pour tous les chiens de grande taille, il est important de bien doser l’exercice physique pendant la croissance. N’hésitez pas à poser la question à votre éleveur, il saura vous conseiller mieux que personne. Et peu importe le « type » que vous allez choisir, que ce soit un « Greyhound de racing » ou un « Greyhound d’exposition », vous pouvez l’emmener régulièrement dans le club de travail le plus proche de chez vous, ne serait ce que pour des entraînements, juste pour lui permettre de se dépenser une fois par semaine, sans forcément participer aux compétitions officielles par la suite.

Santé :

Le Greyhound est un chien très robuste. Malgré son poil ras, il tolère très bien le froid, il ne refusera jamais une bonne partie de jeux dans la neige. Bien évidemment, ce n’est pas une race à faire vivre dehors, au chenil, ou dans le jardin (et pas forcément que pour des raisons de santé, mais aussi parce que c’est un chien qui a besoin de se sentir intégré dans la famille en tant que membre à part entière).
Ce qu’il faut encore savoir est que tous les Lévriers (13 races, dont le Greyhound) ont une constitution différente (masse musculaire plus importante, les dimensions du cœur sont différentes que pour les autres races , et donc la façon de métaboliser certains médicaments) de celle des autres races de chiens, ce qui fait qu’ils ont besoin d’un protocole de pré-anesthésie et anesthésie générale un peu différent. N’hésitez pas à en parler à votre éleveur et à votre vétérinaire, avant que votre Greyhound n’ait besoin d’une anesthésie générale.

La seule maladie génétique pour laquelle les éleveurs ont, à ce jour, un test à disposition est la Neuropathie (explication très simplifiée de la maladie : dégénérescence des muscles du train arrière principalement). Il s’agit plus d’un souci qui concerne les éleveurs, quand il s’agit de sélectionner les reproducteurs, que d’un problème auquel vous, potentiels propriétaires d’un bébé Greyhound, vous pouvez être confrontés. Seuls les mariages entre porteurs sains peuvent donner des chiots malades (la maladie se manifeste très tôt, et les chiots n’atteignent pas l’âge adulte. Ce qui fait qu’il ne peut pas y avoir de chiens malades qui se reproduisent). Les chiots issus d’un mariage entre un porteur sain et un chien exempt seront, une partie, exempts, et les autres porteurs sains. D’où l’intérêt de toujours faire tester un chien avant de le faire reproduire s’il est issu d’un tel mariage. Deux chiens exempts du gène ne peuvent pas produire de chiots porteurs sains. Il est important de demander les résultats des tests des parents lorsque vous décidez d’accueillir un bébé (Surtout si vous souhaitez le faire reproduire plus tard. Je préciserais tout de même qu’il y a très peu de chances que vous vous retrouviez avec un chiot atteint, car les premiers symptômes apparaissent en général avant que les chiots ne quittent l’élevage). Le gène a été identifié à ce jour uniquement sur des sujets appartenant au type d’exposition.

Principales qualités :

  • grande intelligence
  • calme
  • doux avec les enfants
  • très affectueux et fidèle à sa famille
  • beaucoup d’humour
  • caractère égal et stable

Principaux défauts :

Le greyhound est un grand voleur ce qui oblige les maîtres à garder la maison bien rangée.

Source : The Passionate Pilgrim Greyhounds

Trouvez un éleveur de greyhound dans notre annuaire canin