Le chien fugueur

Certains chiens fuguent périodiquement. Ces petites escapades peuvent avoir des conséquences dramatiques : accidents, intoxications, vol du chien, morsures du chien ou par d'autres chiens, dégradations et verbalisations par les forces de police...

Les motivations de ces fugues sont diverses. Avant de pouvoir les traiter, il est nécessaire d'identifier précisément la pulsion qui a entrainé la fugue.

Si vous évaluez mal la situation, le traitement envisagé peut être inutile voire même aggraver les choses.

Le chien chasseur

Un chien fuguant à cause de son instinct de chasse doit être strictement tenu à l’intérieur ou dans un périmètre solidement clôturé ou attaché. Cet instinct ne se « guérit » pas. C'est souvent le cas des chiens de race Beagle ou des spaniels.

Le chien excité sexuellement

Certains chiens, mâles en général, mais parfois femelles, fuguent lors des périodes de chaleurs (tous les 6 mois chez les femelles mais toute l'année pour le mâle qui n'a pas de période de rut). Ils sont capables de tout pour arriver à leur partenaire, y compris sauter par exemple une clôture qui en général est bien assez haute. Le danger est que ces chiens oublient également toute prudence et deviennent plus vulnérables aux accidents.

Une castration réduit évidement ce risque, encore faut il être sur d'avoir identifié correctement l'origine de la fugue.

Le chien poubelles

Il s’agit du gros gourmand qui quitte le foyer pour retrouver des poubelles qu'il aura repéré durant ses ballades quotidiennes. Le principal risque, outre l'accident de la route est l'ingestion de produits nocifs (chocolat, sucre, os saillants...), d'aliments avariés, ou autre matériel non comestible. Il peut s’intoxiquer.

Le chien nostalgique

Rare, on attribue cette motivation de fugue plutôt aux chats. Il s'agit d'un désir incontrôlable de retourner à des endroits précédemment connus, tels qu’un ancien domicile, un ancien lieu de promenade, de jeux, ou autre.

Le chien paniqué

Il s’agit de cas exceptionnel de fugue, lors d’une grande frayeur provoquant un état de panique qui conduit le chien à quitter l’endroit. Par exemple lors de jet de pétards ou de tonnerre, si une porte de l’habitation reste ouverte, le chien peut être amené à s’enfuir, ou lors d’accident de la route, le chien peut s’échapper d’un véhicule accidenté. Ces chiens sont parfois très difficiles à retrouver car ils se perdent volontiers et n’obéissent, dans leur panique, à plus aucun signal de danger. Bien souvent il s'agit de chien peu socialisés, vivant en appartement et certainement pas à même de retrouver leur chemin en suivant leur propre piste.

Le chien qui se balade

C’est le cas classique du chien qui se balade seul, renifle un peu partout, visite les copains. C’est celui qui risque le moins d’accident, car il n’est pas stressé et prête plus d’attention aux dangers éventuels. Souvent un manque de promenade intéressante (à son goût) avec son détenteur, ou un manque de jeux ou d’activités variées peuvent inciter un chien à partir seul en balade. En fait il s’ennuie et recherche un peu d’aventures.

Le traitement d'un chien fugueur peut être long, l'instinct de liberté est naturel et coriace, particulièrement sur certaines races (beagle, cockers...chiens de chasse en général)

Nous sommes contre l'utilisation barbare des colliers électriques, d'ailleurs extrêmement couteux et peu efficaces. Néanmoins, certaines solutions nouvelles donnent des résultats. Contactez l'un de nos éducateurs comportementalistes, nous envisagerons ensemble la mise en place d'une thérapie.