Cancer du chien : de nouvelles pistes

Cancer du chien : de nouvelles pistes

Depuis 2010, le cancer est devenu la première source de décès chez l’homme. C’est également le cas de nos chiens. 1 chien sur 2 âgé de plus de dix ans développe un cancer. La chirurgie, la radiothérapie la chimiothérapie sont actuellement les seuls processus mis en place pour soigner nos animaux. L’étude des molécules constitue une base importante pour de nouvelles formes de traitement.

Les scientifiques de l'Université de médecine vétérinaire de Vienne sont en train d'étudier la base moléculaire de la progression du cancer dans des lignées cellulaires canines. La thérapie moderne du traitement du cancer a été révolutionnée par l'introduction de nouveaux médicaments, dits «médicaments ciblés". A la base de ce nouveau protocole thérapeutique contre le cancer réside une profonde compréhension des mécanismes moléculaires de la maladie, ce qui est valable également avec les animaux domestiques.

Une équipe de recherche dirigée par le professeur Sabine Macho-Maschler a enquêté sur l'activation des mécanismes de régulation génétique dans des cellules canines et a trouvé à la fois des différences mais aussi des communs avec l'homme.

Notre compréhension des causes moléculaires et cellulaires responsables du développement du cancer a fortement augmenté ces dernières années. Cette connaissance nous aide dans la lutte contre les cellules cancéreuses avec un nombre croissant de nouveaux médicaments. Cependant, puisque le cancer peut se manifester différemment chez chaque patient, une étude moléculaire approfondie des mutations existantes dans les cellules cancéreuses est une condition importante pour la réussite du traitement. Le succès d’un traitement par des médicaments ciblés nécessite un diagnostic moléculaire, comme base d’un «traitement personnalisé» dans la recherche contre le cancer.
"Dans la majorité des cas, ce sont les métastases qui causent le décès du patient alors que la tumeur d'origine peut souvent être bien contrôlée par radiothérapie et chirurgie», souligné Mathias Müller, chef de l'Institut de génétique. "Nous sommes intéressés par ce qui se passe au niveau moléculaire au cours des métastases, car il est probable que nous pouvons utiliser cette connaissance pour la réussite du traitement de métastases."
Ces résultats devraient servir de base pour une analyse ultérieure mais Macho-Maschler précise qu’il ne s’agit que d’une première étape dans la lutte contre le cancer chez le chien.